Histoire du Shito ryu (l’école du fil de l’ouest)

Kenwa Mabuni

L’école Shito-ryû a été fondée par Kenwa Mabuni (1887-1952), ami de Chôjun Miyagi (fondateur du Gojû-ryû). Il apprit le Shuri-te du maître Ankoh Itosu (1830-1915), lui-même élève de Sokon Matsumura (1792-1887), fondateur du Shorin-ryu.

Le Terme Shito est la contraction de ‘SHI’ qui fait référence à maître Itosu (‘Ito’ peut se prononcer ‘Shi’) et de ‘To’, pour maître Higaonna (‘Higa’ peut se prononcer ‘To’). Mabuni rend ainsi hommage à ses deux maîtres.

 

 

Emblème Shito Ryu

L’emblème est celui de la famille Mabuni. Il symbolise l’harmonie en évoquant deux personnages qui concourent à maintenir la paix dans un cercle.

 

La technique se caractérise par la subtilité. Parfois considérée comme manquant d’expression de puissance, elle compense très largement cette lacune par la vitesse et les techniques subtiles. En s’appuyant sur la mobilité du bassin, les déplacements du corps et les techniques de déviation s’en trouvent renforcées. Cette habilité technique a historiquement permis aux courants Shito-Ryû et Wado-Ryû de remporter très fréquemment les meilleurs résultats lors de rencontres.

Maître Mabuni, par son attitude ouverte envers les autres disciplines martiales, a contribué à l’élargissement du Karaté moderne. Avec ses élèves, il a essayé d’utiliser pour les combats et les entraînements, les protections du Kendo et celles des sports venus d’Europe, alors que d’autres grands maîtres continuaient à cultiver le culte secret du Karaté. Par ses écrits précis, il a transmis à ses contemporains les connaissances les plus élaborées sur le Karaté de cette époque.

L’école Shito-Ryû est aujourd’hui celle qui compte le nombre de katas le plus élevé. Aux douze katas de Gôju-Ryû, s’ajoutent trente-sept autres légués par Kenwa Mabuni.